Un faible réseau social génère les mêmes risques de diminuer votre longévité que le tabagisme, l’alcoolisme ou l’obésité

Une nouvelle étude arrive à la conclusion qu’une personne bien entourée voit ses chances de vivre plus longtemps augmenter de 50%.  Elle vivrait, en moyenne, 7 ans et demie de plus qu’une personne avec un pauvre réseau social.

L’article sur Radio-Canada.ca

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s